Il est remarquable dans le débat actuel sur les relations des races aux États-Unis (dans lequel je ne vais pas entrer ici), que malgré les perspectives différentes et les émotions vives, tout le monde est d’accord sur la chose la plus importante. Il n’y a pas d’accord sur le niveau et la nature du racisme dans ce pays, mais ce qui n’est pas disputé, c’est que le racisme est mal et que les personnes de toute race sont égaux. Cette opinion, le consensus de notre société, est l’opinion minoritaire dans l’histoire. D’où vient cette idée que nous sommes tous égaux malgré nos différences ? Et quelle vision du monde offre le meilleur explication pour l’origine des races, la nature du racisme, l’égalité de toute personne, et la meilleur solution pour ce problème ? La réponse est le christianisme biblique.

Imago Dei

Dieu créa l’homme à son image :
Il le créa à l’image de Dieu,
Homme et femme il les créa.

Genèse 1.27 (Colombe)

Adam donna à sa femme le nom d’Eve: car elle a été la mère de tous les vivants. 

Genèse 3.20 (Colombe)

A partir d’un seul homme, il a créé tous les peuples pour qu’ils habitent toute la surface de la terre ; il a fixé des périodes déterminées et établi les limites de leurs domaines.

Actes 17.26 (Bible du Semeur)

Dans les tout premiers chapitres de Genèse nous apprenons two choses primordiales pour cette question de la race. La première chose est que nous sommes tous descendus d’un seul homme et d’une seule femme. Nous sommes tous les frères et les sœurs (plus précisément les cousins) avec un père en commun, Adam. Ce fait veut dire que c’est l’unité et non la division que est originale. Avant que les diverse races existent, nous étions une seule famille, et ce qui nous unit est plus fondamental que ce qui nous divise.

La deuxième chose que nous apprenons est que nos premiers parents ont été créés à l’image de Dieu. Nous partageons certaines choses avec les animaux comme le fait d’avoir un corps et les besoins physiques, mais par cet honneur d’être créés à l’image de Dieu nous sommes distingués des animaux dans notre nature essentielle. Cette distinction nous donne une dignité qui est unique aux humains autant qu’elle est commune à tous les humains. Cette dignité de porter l’image de Dieu est la source de notre égalité fondamentale. Dans tout autre aspect de notre existence nous pouvons trouver les distinctions et les inégalités, que ce soit la force, l’intelligence, l’age, les richesses, le pouvoir, la beauté – en toutes ces catégories nous sommes inégaux. Mais mon valeur essentiel comme un être-humain ne se fonde pas sur aucune des ces caractéristiques, mais sur le privilege stupéfiant de porter l’image de Dieu. Tout fils d’Adam et toute fille d’Ève partagent pareillement cette dignité qui ne dépend pas de nous, mais du valeur infini de Dieu. Et c’est par cette mesure, la mesure la plus importante, que nous sommes tous égaux.

L’origine du racisme

C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché,… 

Romains 5.12 (Colombe)

La dignité d’être créé à l’image de Dieu n’est pas la seule chose que nous avons héritée d’Adam, mais à cause de son échec à l’arbre de la connaissance du bien et du mal, nous sommes aussi les héritiers de sa corruption. Nous sommes tous les pécheurs depuis notre naissance ; sauf Jésus Christ personne n’est exceptée car « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3.23). C’est de cette nature corrompue qui vient tout sort du mal : « inconduite, impureté, débauche, idolâtrie, magie, hostilités, discorde, jalousie, fureurs, rivalités, divisions, partis-pris, envie, ivrognerie, orgies, et choses semblables » (Galates 5.19-21). Comme tout autre péché, le racisme est le fruit du cœur humain et n’est pas donc le problème d’une race en particulière, mais un problème humain. C’est fondamentalement notre cœur qui est la source du racisme et non notre société, éducation, gouvernement ou démographique. Le vrai problème est plus universel et plus profond que tout cela.

L’origine des races et leur fin

C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Éternel confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que l’Éternel les dissémina sur toute la surface de la terre.

Genèse 11.9 (Colombe)

Après cela je regardai, et voici une grande foule que nul ne pouvait compter, de toute nation, de toutes tribus, de tous peuples et de toutes langues. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, et des palmes à la main.

Apocalypse 7.9 (Colombe)

L’unité de la famille humaine qui aurait dû être une benediction s’est tourné vers le mal en Genèse 11, où l’humanité tout entière s’est unie contre Dieu pour créer une cité et une tour pour la gloire de l’homme. La réponse de Dieu était de casser cette unité en confondant nos langues, et c’est à partir de ce moment là que nous avons les divisions de tribu, de nation et de race. Nos différences nous divisent jusqu’aujourd’hui, mais elles ne nous diviseront pas pour toujours. La fin de l’humanité, comme Jean a vu dans sa vision, est d’être unie une fois encore, mais cette fois dans l’adoration de Dieu. Comme la beauté de tous les couleurs unies dans un seul arc-en-ciel, la diversité de nos cultures, langues et corps atteindrons leur pleine gloire quand nous sommes unis dans notre Dieu et Sauveur, Jésus Christ.

La solution du racisme

Il n’y a là ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous.

Colossiens 3.11 (Colombe)

Comme le problème du racisme est un problème universel du cœur humain, aucune solution proposée qui ne s’adresse pas au cœur ne peut vraiment résoudre le problème. Ni le gouvernement, ni les écoles, ni les ONG’s ne peuvent purifier le cœur humain de sa corruption, mais Dieu seul. Ces acteurs ont leur role, mais c’est seulement en Christ que nous retrouvons une unité qui est plus fondamentale que toutes nos différences. En Christ je me vois un pécheur, ni mieux ni pire qu’aucun autre homme, méritant la mort, mais vivant par lui, comme tous mes frères et sœurs. L’évangile du salut par la foi en Jésus est exactement le même pour tout individu, est ma race n’est ni avantage ni désavantage. Ce n’est que la grace de Dieu seul qui compte. Donc l’Église est (imparfaitement) et doit être un avant-goût de la réalité future décrite par Jean où tous les rachetés de Jésus adoreront Dieu ensemble en parfaite harmonie.

La vérité du christianisme

La vision du monde chrétienne basée sur la Bible donne une explication très cohérente et crédible pour la question de la race et du racisme, ce qui nous fournit une evidence de la véracité du christianisme. Seul le concept de l’homme comme créé à l’image de Dieu peut expliquer la raison pour laquelle toute personne est essentiellement égale l’une à l’autre. Cette dignité de porter l’image de Dieu combiné avec la doctrine de la péché explique notre experience de l’humanité qui est à la fois capable de noblesse incroyable et du mal répréhensible. Et c’est le christianisme qui propose une solution qui s’adresse au cœur de notre problème, et qui glorifie Dieu plutôt que l’homme.

Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, lui qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas dans des temples faits par la main des hommes ; il n’est pas servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et toutes choses. Il a fait que toutes les nations humaines, issues d’un seul (homme) habitent sur toute la face de la terre ; il a déterminé les temps fixés pour eux et les bornes de leur demeure, afin qu’ils cherchent Dieu pour le trouver si possible, en tâtonnant. Or il n’est pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : Nous sommes aussi de sa race… Ainsi donc, étant de la race de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’imagination des hommes. Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il va juger le monde selon la justice, par un homme qu’il a désigné, et il en a donné à tous (une preuve digne de) foi en le ressuscitant d’entre les morts.

Actes 17.24-31 (Colombe)






Catégories : Société